Bruxelles
Institut royal des Sciences naturelles de Belgique

Rue Vautier 29,
1000 Bruxelles

Voir plus de photos

Retour aux Projets

L’Institut Royal des Sciences naturelles de Belgique (IRSN) est une institution de l’Etat fédéral belge. Il développe d’importantes activités de recherche scientifique, effectue des missions de service public et s’ouvre à tous à travers le Muséum des Sciences naturelles.

Historique

A l’origine, le « Musée royal d’Histoire naturelle de Belgique » fondé le 31 mars 1846, était installé place du Musée à Bruxelles. Très vite les locaux deviennent trop exigus et le Musée se voit attribuer, en 1891, un nouveau bâtiment en haut du parc Léopold, qui devait au départ abriter un couvent.

Sitôt ouvert le « couvent » (qui ne remplit jamais cette fonctions) s’avéra trop petit pour accueillir le Musée. Le directeur de l’époque, Edouard Dupont,  confia donc aussitôt la construction d’une aile supplémentaire à l’architecte Charles-Emile Janlet qui conçut un musée en paliers d’un seul tenant de près de 100 mètres de long.

Nouveaux locaux pour le service Taxidermie

En 2016, la Régie des Bâtiments a terminé la rénovation d’une annexe et la construction d’une extension de 70 m² afin de reloger les membres du service taxidermie de l’Institut Royal des Sciences Naturelles qui manquaient de place et travaillaient dans des locaux assez vétustes.

Seuls les murs ont été conservés. Tout l’intérieur, y compris les planchers, a été démoli afin de profiter de l’ensemble du volume.

Les façades classées ont été entièrement rénovées : les châssis de couleur gris anthracite ont été refaits à l’identique, tandis que les ornements caractéristiques des pignons et des cheminées en pierre bleue ont tous été remplacés.

L’espace intérieur est moderne et se décline en différents volumes qui s’emboîtent les uns dans les autres. Deux niveaux principaux ont été recréés, agrémentés d’entre-niveaux reliant le bâtiment et son extension.

En plus d’une salle de taxidermie et de restauration, le complexe comprend une chambre froide, une cuve à macération, de nombreux espaces de rangement et de stockage, ainsi que des frigos et des scanners.

Tout le bâtiment répond aujourd’hui aux normes actuelles (incendie, PMR, contrôle d’accès, etc.) et les abords ont été réaménagés avec soin : nouvelle zone d’accès illuminée, plantation d’arbustes et autres végétations, installation de portails de sécurité, etc.

Renovation de l’aile Janlet

Phase 1 - Travaux préliminaires dans l’aile de géologie

Des travaux préliminaires ont été exécutés d’avril 2003 à mars 2004 dans l’aile de géologie. Ceux-ci consistaient à réaménager les laboratoires situés au -4 et à construire un escalier couvert la reliant à l’aile Janlet.

Pour faciliter les travaux de rénovation, les sous-sols de l’aile de géologie ont été réorganisés en espace de stockage avec compactus permettant le déménagement temporaire des collections de l’aile Janlet.

Une mezzanine a été installée (niveau 0) afin d’y loger une partie des bureaux de l’aile Janlet.

Le niveau -1 a également été refait en tenant compte de son futur réaménagement en salle de lecture pour la bibliothèque de l’Institut.

Phase 2 – Travaux de rénovation

Dans sa conception du bâtiment, l’architecte Janlet intègre aspect muséographique et concept architectural. C’est ce qui se dégage de la façon dont la lumière naturelle entre dans le bâtiment, de la construction « en escalier » des espaces d’exposition, de la présentation des collections dans des vitrines modulaires, etc.

La structure de l’aile Janlet n’étant pas en concordance avec sa double fonction d’institution de recherche scientifique et de musée, une réorganisation s’imposait. Il s’agissait de séparer les circuits accessibles au public de ceux uniquement réservés aux scientifiques.

La rénovation de l’aile Janlet a donc été scindée en trois parties :

L’institution de recherche et ses collections

Les laboratoires ont été réaménagés et connectés aux labos de l’aile de géologie.

Les bureaux du niveau +1 ont également été réaménagés.

Une connexion fonctionnelle avec les archives a été établie grâce à l’installation d’un ascenseur.

Les circuits public–personnel ont été rationalisés et séparés.

La grande salle d’exposition des squelettes de Bernissart / la Galerie des Dinosaures

L’accessibilité et la lisibilité de l’aile Janlet ont été améliorées par la création d’un accès direct à la grande salle d’exposition : un passage couvert au départ de l’entrée principale.

La liaison entre l’aile du couvent et l’aile Janlet a été restaurée ; l’escalier monumental a été reconstruit.

Lors de la rénovation, l’état originel de la grande salle d’exposition a été remis en valeur tout en tenant compte des exigences du Musée concernant l’éclairage, la ventilation, les alimentations techniques diverses, le contrôle de la lumière du jour,...

La nouvelle « tour de circulation », l’optimalisation du circuit muséologique et la nouvelle salle des gradins / galerie de l’évolution 

La nouvelle « tour de circulation » répond aux prescriptions en matière de sécurité incendie et d’accessibilité du bâtiment aux personnes à mobilité réduite. La rénovation a permis de trouver un équilibre entre d’une part, la conservation des éléments structurels existants et, d’autre part, l’affectation de l’espace en une salle d’exposition contemporaine. La structure métallique portante, les châssis métalliques, les lanterneaux, le plan incliné, une partie des vitrines d’origine, la finition de sol en parquet ont été restaurés.

Un nouveau circuit « haut » et « bas » a permis d’aménager un circuit muséologique en boucle pour les visiteurs.

Des escaliers ainsi que des ascenseurs réservés aux personnes à mobilité réduite situés de chaque côté de la salle garantissent une bonne circulation verticale entre le haut et le bas.

Rénovation d'une aile du Cloître

Depuis 2015, c’est au tour d'une aile du Cloître d’être rénovée. A la fin des travaux, elle pourra communiquer avec l’aile Janlet et la Galerie de l’Homme. La circulation dans le musée sera simplifiée et le circuit muséologique sera ainsi  optimalisé.

La première étape fut de déménager les animaux exposés dans les salles. Ne passant pas par les portes, les plus grands animaux (baleines, girafes,…) ont été protégés et sont restés sur place pendant les travaux.

Ensuite, les salles ont été entièrement mises à nu. L’escalier tournant a été entièrement rénové et s’intègre mieux dans l’espace. Les châssis ont été remplacés, avec la contrainte d’être identiques aux anciens.  En effet, si la façade de l’Institut Royal des Sciences Naturelles n’est pas classée, la vue depuis le parc Léopold l’est. Les travaux ont tenu compte de l’architecture d’origine des salles, tout en intégrant les exigences du Musée.

Au dernier étage, l’isolation a été entièrement refaite, les parois courbes ont été rehaussées et sont en rénovation.  Un soin particulier est apporté aux murs, qui se doivent d’être d’excellente qualité pour pouvoir accueillir les futures expositions.

La zone de circulation sera entièrement rénovée. Un ascenseur destiné aux personnes à mobilité réduire sera installé.

Fiche technique

Propriétaire : Etat belge
Occupant : Institut royal des Sciences naturelles de Belgique

Aile Janlet
Phase 1 : travaux préliminaires

Maître d’ouvrage : Régie des Bâtiments
Coût : 3 000 000 € TVAC
Durée des travaux : avril 2003 - mars 2004

Phase 2 : travaux de rénovation

Coût : 22 800 000 € TVAC

  • Coût pris en charge par Beliris : 11 800 000 €
  • Coût pris en charge par la Régie des Bâtiments : 11 000 000 €

Durée des travaux :  

  • La Galerie des Dinosaures et la tour de liaison : 2005 – octobre 2007
  • La Galerie de l’Evolution et la passerelle vitrée : 2007 – février 2009
Rénovation du Cloître

Entrepreneur principal : Hullbridge S.A.
Maître d’ouvrage : Régie des Bâtiments
Durée des travaux :  2015 - octobre 2018

 

Dernière mise à jour : 24 septembre 2018