Inauguration du Centre de Psychiatrie Légale à Gand

06/05/2014
Gand
Le 6 mai 2014, le Centre de Psychiatrie Légale à Gand (sis Hamerikstraat) a été inauguré par le secrétaire d'État à la Régie des Bâtiments et la ministre de la Justice. Il s'agit d'un complexe unique combinant soins et sécurité pour l'accueil d'internés.

 

« Un centre spécialement destiné à accueillir environ 270 internés masculins a été construit sur une courte période (deux ans et demi). Le bâtiment a été entièrement pensé pour pouvoir dispenser des soins de qualité tout en tenant compte des exigences spécifiques nécessaires en matière de sécurité. Outre l'ouverture de nouvelles prisons, un centre comme celui-ci est également important. En effet, les internés sont aujourdhui le plus souvent détenus en prison alors quils n'y ont pas leur place. L'infrastructure appropriée qu'offre ces CPL permet également de désemplir les prisons »

Servais Verherstraeten, secrétaire d'État à la Régie des Bâtiments

 

La Régie des Bâtiments a agi en qualité de maître d'ouvrage, la société momentanée ABSCIS dJGA INGENIUM DERVEAUX AT OSBORNE a été chargée de concevoir le projet, les travaux ont été exécutés par la S.A. Denys et l'exploitation du centre a été confiée au consortium Sodexo Parnassia.

Le Centre de Psychiatrie Légale est une institution fermée destinée à accueillir des internés. Sur base de leurs troubles psychiques, au lieu dêtre condamnés à une peine de prison, ces personnes font l'objet d'une mesure d'internement parce quelles ont été déclarées irresponsables.

L'institution peut être comparée à un hôpital psychiatrique présentant cependant un haut degré de sécurisation. Le complexe est en effet isolé du monde extérieur par un mur de six mètres et demi de haut et/ou dun grillage. Il peut accueillir environ 270 patients internés masculins présentant un risque de sécurité moyen ou élevé et ne pouvant pas être intégrés dans le circuit psychiatrique régulier.

Localisation

Le centre est construit sur un terrain situé Wondelgemse Meersen Wiedauwkaai-Buitensingel), au nord du centre de la ville. L'entrée principale du centre se situe au niveau de la Hammerikstraat.

Architecture

Le concept de l'institution se base sur le parcours thérapeutique du patient interné dans le centre. L'institution se compose de différents départements/pavillons : observation et orientation, traitement intensif et spécifique, soins (long stay/long care) et réinsertion dans la société. L'objectif ultime consiste à faire en sorte que l'interné puisse, à terme, se réinsérer dans la société et, le cas échéant, fonctionner à nouveau normalement, en bénéficiant toutefois le plus souvent d'un accompagnement.

L'architecture du bâtiment (deux niveaux pour les pavillons dhabitation, trois niveaux pour le bâtiment principal central) s'intègre harmonieusement dans le paysage. Les pavillons d'habitation et le bâtiment principal présentent une couleur différente de brique de parement. Les touches colorées sur la façade du bâtiment principal servent de signe distinctif. De grands patios permettent à la lumière naturelle d'envahir l'espace.

Le département « réinsertion dans la société » abrite 4 divisions de 4 patients. Les autres pavillons accueillent chacun 8 divisions de 8 à 12 patients. Les divisions sont aménagées dos à dos de manière à ce qu'elles puissent être fusionnées tant pour le traitement que pour l'emploi de personnel. Les divisions sont séparées par des espaces utilitaires centraux. Chaque groupe de résidents dispose d'un espace de vie commun doté d'une cuisine. Toutes les portes sont à commande électronique avec badge de sorte que les patients puissent jouir dune liberté de circulation plus ou moins grande. Les chambres des pavillons d'habitation sont compactes mais disposent néanmoins de leurs propres sanitaires.

Les départements « observation/orientation » et « traitement intensif et spécifique » se trouvent à l'intérieur du mur de sécurité. La sécurisation du département « soins (long stay/long care) » est plus transparente du côté de l'environnement (grillage en lieu et place d'un mur d'enceinte) de manière à ce que les patients se familiarisent avec un environnement naturel.

Une attention particulière a été portée à l'aménagement des espaces extérieurs. Un jardin commun offrant des coins de discussion et des espaces pour le sport et la détente a été aménagé à proximité des départements « observation » et « traitement intensif ». Pour les départements « soins » et « réinsertion dans la société », le concept repose sur l'idée des jardins populaires avec la possibilité d'aménager des jardins potagers, de soigner de petits animaux, etc. Ces activités peuvent, en effet, contribuer considérablement au bon déroulement du processus thérapeutique.

Durabilité

Le centre est un exemple de construction et de consommation énergétique durables. Pendant la durée du chantier, une gestion avancée des déchets a été mise en oeuvre. Les matériaux employés sont durables, résistants à la corrosion, à l'usure et au vandalisme, et faciles dentretien. Dans la mesure du possible, des matériaux recyclables ont été utilisés. La menuiserie intérieure et extérieure est résistante aux balles et à l'infraction mais également au feu. Afin d'éviter un trop grand sentiment d'enfermement, la menuiserie extérieure n'est pas munie de barreaux. Les bâtiments sont construits sur des pieux de fondation en béton mis en place par refoulement du sol. Les briques de parement sont émaillées et les colonnes en maçonnerie colorées apportent une dynamique à la façade. La menuiserie intérieure et extérieure ainsi que le vitrage ont été renforcés, des sols en caoutchouc résistants à l'usure ont été posés, des crépis antirayures ont été apposés, des murs massifs en béton offrant une bonne isolation acoustique séparent les chambres et des sanitaires en inox ont été placés dans les chambres d'isolement.

Des exigences d'isolation élevées ont été imposées aux bâtiments. Un vitrage superisolant et antisolaire a été utilisé. Le bâtiment atteint ainsi un niveau disolation K26. Par ailleurs, une partie de la surface du toit est recouverte d'une toiture végétale.

L'eau chaude est produite à la fois par des chaudières à condensation et par une unité de cogénération. Cette installation produit de l'électricité à l'usage du centre. La chaleur libérée est récupérée et assure de l'eau chaude sanitaire pendant toute l'année.
Concernant l'éclairage, le choix s'est porté sur des ampoules économiques.

L'évacuation des eaux pluviales et des eaux usées est limitée le plus possible. Des appareils hydroéconomiques sont mis en place. Les eaux pluviales sont récupérées et réutilisées et les eaux fécales sont prétraitées avant d'être évacuées par les égouts.

Un système de gestion performant des bâtiments veille à ce que l'installation technique soit réglée et contrôlée de manière optimale en fonction du confort souhaité et du profil d'utilisation voulu.

 

« Outre la réalisation du présent projet à Gand, les travaux de construction au Centre de Psychiatrie Légale sur la Rive gauche à Anvers progressent bien également. Celui-ci permettra de dispenser les soins nécessaires à 180 internés à partir de 2017 »

Servais Verherstraeten, secrétaire d'Etat à la Régie des Bâtiments.

 

Fiche technique

CPL Gand
Hammerikstraat 1
9000 Gand

Maître d'ouvrage : Régie des Bâtiments
Occupant : Services judiciaires de Gand, Service public fédéral Justice
Équipe d'études : sm ABSCIS dJGA INGENIUM DERVEAUX AT OSBORNE
Entrepreneur : sa Denys (Wondelgem)
Exploitant : consortium Sodexo Parnassia
Coordinateur de sécurité : AT OSBORNE (Bruxelles)
Capacité d'accueil : environ 270 patients internés masculins
Durée des travaux : octobre 2011 avril 2014
Surface du terrain : environ 4,9 ha
Surface du complexe : environ 29 854 m²
Coût d'investissement : environ 80 millions d'euros (tout compris)