Projet de rénovation des Musées royaux des Beaux-Arts

Les bâtiments des Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique dans et aux alentours de la rue de la Régence font l’objet d’un vaste projet de restauration étalé sur plusieurs années et réalisé en différentes phases.

L’identité marquée du musée constitue le fil rouge commun à toutes les phases du projet. Le parti architectural reste fidèle à l’histoire du musée tout en mettant en évidence les nouvelles interventions. Ainsi, les matériaux d’origine tels que le staff, la pierre naturelle et le bois ont été conservés tandis que l’acier, le verre ou le laiton introduisent une note contemporaine. Toutes les techniques sont intégrées de façon discrète et esthétique dans le décor.

Phase IVb : l’auditorium et la salle Delporte totalement remis à neuf

En 2016-2017, la Régie des Bâtiments a mené la phase IVb du projet de rénovation : la remise à neuf totale de l’auditorium et des salles d’exposition Delporte du côté de la rue du Musée.

Auditorium totalement rénové

L’auditorium rénové peut accueillir 492 visiteurs et réunit tous les ingrédients pour offrir aux spectateurs une expérience optimale.

Une grande attention a été portée à l’acoustique. Tous les espaces sont équipés d’un plafond acoustique de pointe et un sas a été aménagé à l’entrée de la salle. Le mur derrière le podium et celui s’appuyant contre la régie sont habillés de padouk, une essence de bois qui, de par ses qualités acoustiques, est également très prisée pour les instruments de musique. Le placement particulier du bois permet d’absorber tous les sons aigus. Pour absorber les sons graves, une caisse a été intégrée dans le mur arrière du podium. Le mur latéral de l’auditorium est muni de panneaux acoustiques mobiles.

Toutes les techniques dans l’auditorium sont nouvelles et ont été intégrées de façon esthétique : de l’éclairage jusqu’aux techniques du podium en passant par la climatisation. Les rideaux occultants ont été conçus spécialement pour l’auditorium.

En outre, un nouveau parquet, une nouvelle moquette et de nouveaux sièges ont été installés. Pour les visiteurs à mobilité réduite, une zone spéciale a été délimitée.

Le balcon existant a été rénové et achevé par une balustrade en verre sobre.

À côté de l’auditorium, un foyer, un bar avec cuisine et des toilettes ont également été prévus.

Place du Musée, une entrée séparée et un vestiaire ont été aménagés afin que l’auditorium puisse être utilisé en dehors les heures d'ouverture du musée. Cette entrée peut également servir pour les groupes qui visitent le musée.

Enfin, trois espaces polyvalents, à utiliser soit séparément soit comme un seul grand espace, ont été créés à cette entrée.

Salles d’exposition Delporte

La Régie des Bâtiments a également rénové de fond en comble les salles d’exposition Delporte au-dessus de l’auditorium. Celles-ci accueillent une partie de l’exposition permanente des Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique.

La toiture plate surplombant les salles Delporte a été totalement renouvelée. Comme la proposition d’aménager une toiture végétale n’a pas été approuvée, le choix s’est porté sur une toiture classique. Celle-ci a été isolée et les coupoles ont été rendues étanches.

Les salles Delporte ont également été complètement isolées. La distribution des salles a été adaptée : les couloirs ont été déplacés afin de créer une distribution plus logique et de plus belles vues. Le bois teinté rouge d’origine à l’entrée des salles Delporte, une œuvre de Kunstwerkstede De Coene, a été conservé. Enfin, les salles ont également été équipées d’une nouvelle climatisation et d’un nouvel éclairage.

Fiche technique

Cabinet d’architectes : CEREAU
Entrepreneurs : Monument Vandekerckhove nv, Tevean nv, Axima
Superficie complexe :

  • Espaces polyvalents : 615 m²
  • Auditorium : 2 558 m²
  • Salles Delporte : 1 484 m²

Durée des travaux : phase IVb : 2011-2017
Investissement :

  • Espaces polyvalents et auditorium : 8,9 millions d'euros
  • Salles Delporte : 1,6 millions d'euros

Phase IVa

La quatrième phase du projet de rénovation, entamée en février 2005, concerne plus particulièrement les salles situées à l'entrée du Musée.

Des infrastructures modernes ont été réalisées afin de permettre au musée de valoriser son patrimoine et d'améliorer l'accueil, le confort et l'accompagnement des visiteurs.

Les espaces ont été réorganisés : ainsi, l'Art shop s’ouvre désormais sur la place Royale, le vestiaire est accessible directement via le grand hall d'entrée et la façade sud du musée ainsi que sa terrasse accueillent un restaurant.

Étude préalable

Vu la valeur historique du bâtiment, une étude approfondie a été préalablement effectuée. L'étude historique, basée sur des recherches dans différentes archives, a été complétée par une étude des matériaux sur place.

Deux colonnes et diverses moulures ont ainsi été mises au jour derrière des plafonds et des cloisons. En outre, une étude stratigraphique des coloris a permis de retrouver jusqu'à huit couches de finition différentes, allant de la peinture à l'huile aux peintures synthétiques pour les plus récentes. Des marbrures, dissimulées sous de multiples couches de peintures, ont été découvertes sur des chambranles et des colonnes.

Les travaux

En enlevant la mezzanine et les sas d'entrée, le grand hall d'entrée a retrouvé le volume initial conçu par l'architecte Balat.

Des infrastructures modernes pour l'accueil et la billetterie (écrans plasma suspendus, moyens informatiques, matériel pour audioguides) ont été intégrées dans un mobilier sobre. Les bureaux des services éducatifs et culturels ont été installés en annexe de ce nouvel espace. Le sas d'entrée vitré muni d’un tourniquet réduit l'introduction d'air frais et améliore ainsi la condition de conservation dans le musée ainsi que le confort du personnel. Le nouveau vestiaire est implanté à proximité immédiate du grand hall d'entrée et du forum. Au-dessus, de nouveaux espaces de bureaux ont été aménagés pour les fonctions de gestion journalière du musée.

Complémentaire au Museum Café existant, un nouveau restaurant self-service avec terrasse donnant sur le jardin des sculptures et le Sablon s'ouvre dans une des salles latérales du forum. Sous l'espace restauration, on retrouve la cuisine. Intégrer un restaurant au cœur d'un musée relevait du défi : respect des normes strictes en matière de conservation, de sécurité incendie, de sécurité et d'hygiène alimentaire. L'intégration des équipements de ventilation du restaurant et d'extraction des vapeurs de cuisine a fait appel à des prouesses techniques.

Une salle d'exposition temporaire communiquant avec le forum a été créée. À cette fin, deux espaces ont été fusionnés et restaurés.

Dans les caves, les interventions principales portaient sur la cuisine du restaurant et sur le renouvellement de la cabine électrique à haute tension principale du musée.

Phase III : Gresham, Argenteau et rue du Musée 7 et 9

La troisième phase, débutée en 1999, s'est achevée fin 2003. Les hôtels Gresham et Argenteau, les 7 et 9 de la rue du Musée ont ainsi été rénovés et intégrés aux autres constructions qui composent les Musées royaux de Beaux-Arts. La cour intérieure a été transformée en un patio couvert et l'escalier royal a été restauré.

Un ensemble d'une surface de 6 600 m2 environ a ainsi été aménagé comprenant notamment 2 600 m2 accessibles au public (salles d'exposition, Art Shop, Museum Café) et 1 800 m2 destinés au « service des œuvres » (ateliers de restauration, de photographie, réserves et archives).

L'entrée classée du Gresham, oeuvre de Léon Govaerts – un des architectes majeurs de sa génération – augmente la visibilité du musée par son ouverture sur la place Royale.

Les bâtiments rénovés développent des zones d'exposition présentant des œuvres de première importance qui, faute de place, étaient auparavant stockées dans les réserves.

Les travaux

Au début de la rénovation, on s'est trouvé en présence de divers bâtiments réalisés ou aménagés à différentes époques et n'ayant aucune vocation commune. Une opération de réhabilitation s'avérait dès lors indispensable.

Les quatre immeubles d'époques et de conceptions différentes (Gresham, Argenteau, 7/9 rue du Musée, Patio) ont été adaptés pour permettre la mise en connexion de leurs rez-de-chaussée et deuxième étage avec les musées existants. Des jonctions de plain-pied ont été, autant que possible, privilégiées. Néanmoins, compte tenu du respect obligatoire de la configuration des niveaux du bâtiment existant, des raccords étaient inévitables.

Grâce à la rénovation, les bâtiments répondent à toutes les exigences de la muséographie contemporaine : de l’éclairage, du traitement de l’air et de la sécurité à l’accessibilité des personnes à mobilité réduite. Un des objectifs majeurs a été d'intégrer toutes ces nouvelles techniques de manière telle qu'elles ne soient pas perceptibles par le public, tout en permettant la mise en valeur des éléments classés.

Certaines parties architecturales de qualité ont bénéficié d'une attention particulière afin d'être remises dans leur état originel. Les études stratigraphiques des coloris ont notamment permis de revenir aux teintes d'origine. Dans l'hôtel Gresham, quelques éléments mis à nu datent de l'époque Art nouveau tandis que d'autres, au cœur de l'hôtel Argenteau, sont de la période Art déco.

Restauration des façades

Les façades du Palais de Charles de Lorraine, de la Chapelle royale, des Musées royaux de Beaux-Arts de Belgique et de la salle Rubens ont été restaurées (peinture). La feuille d'or est employée pour les éléments dorés de la ferronnerie. Les statues et sculptures sont traitées avec soin et restaurées de manière artisanale de façon à leur rendre durablement leur lustre d'antan.

Restauration des façades jardin des sculptures

En 2012-2014, la Régie des Bâtiments a procédé à un important ravalement des longues façades donnant sur le jardin des sculptures. Les façades ont été complètement restaurées : elles ont été nettoyées et le plâtrage et le jointoiement ont été réparés. La menuiserie extérieure et les barres d’appui métalliques ont été repeintes. Afin de restaurer les corniches en bois exceptionnelles rehaussées d’ornements en zinc, les éléments ont été soigneusement démontés, nettoyés séparément et remis en place. Pour finir, les sculptures en bronze de la façade ont également été nettoyées. Elles ont été enduites d’une nouvelle couche de cire de protection pour résister aux intempéries et au vent.

 

Dossier actualisé le 22 décembre 2017.