Haren (Bruxelles)
Prison - Village pénitentiaire

SPF Justice

Rue du Chicon

Haren

Voir plus de photos

Retour aux Projets

Le village pénitentiaire de Haren accueillera 1 190 détenus, répartis sur plusieurs entités dont une maison d’arrêts pour hommes, une maison de peines pour hommes, un centre fermé pour femmes, un centre ouvert pour femmes, un centre d’observation, et un centre de psychiatrie et médical. Ce complexe pénitentiaire est destiné à remplacer, à terme, les prisons vétustes de Saint-Gilles, Forest et Berkendael. Compte tenu de la surpopulation dans les prisons, certaines ailes cellulaires de la prison de Saint-Gilles resteront opérationnelles jusqu’en 2025. La prison pour femmes à Berkendael sera, elle, transformée en maison de détention pour une soixantaine de détenues condamnées à des courtes peines (moins de trois ans). Le village pénitentiaire de Haren fait partie du Masterplan : Détention et internement dans des conditions humaines.

Plus d’informations disponibles sur www.gevangenisharenprison.be.

 

Localisation

Trouver un terrain à Bruxelles pour l'implantation d'un complexe pénitentiaire d'une capacité de 1 190 places ne fut pas évident. 

Le terrain retenu, d'environ 15 ha, se trouve au nord de la Région de Bruxelles-Capitale, sur le territoire de la Ville de Bruxelles (commune de Haren). La frontière entre les communes et les provinces passe partiellement dans l'axe de la Rue du Chicon, aussi appelée Kuregemstraat à Machelen.

Design Build Finance Maintenance (DBFM)

Le complexe pénitentiaire est réalisé par une procédure DBFM (Design, Build, Finance and Maintain). Il s'agit d'une collaboration publique-privée au sein de laquelle un partenaire privé est chargé de la conception, de la construction, du financement et de l'entretien de l’établissement pénitentiaire. Dans les projets DBFM, un projet intégré est réalisé et on collabore dès le début. De plus, chaque partenaire partage son savoir-faire.

La réalisation du complexe pénitentiaire a été attribuée à Cafasso Consortium.

Village pénitentiaire

Contrairement au concept Ducpétiaux (prison en étoile), le choix pour Haren s’est porté sur la construction d'un village pénitentiaire composé de plus petits bâtiments et d’unités d’environ 30 personnes chacune. Cet agencement permettra d’améliorer la qualité de vie, tant des détenus que du personnel pénitentiaire.

Le village pénitentiaire est composé de plusieurs entités, dont une maison d’arrêts pour hommes, une maison de peines pour hommes, un centre fermé pour femmes, un centre ouvert pour femmes, un centre d’observation, et un centre de psychiatrie et médical.

Le soi-disant ‘hôtel de ville’ se situe au centre du site et comprend le complexe d’accueil et de visites, le hall de sport, le front office et le tribunal de l’application des peines. Un bâtiment d’accueil avec des salles d’audiences et un bâtiment administratif, sur et en dehors du mur d’enceinte, font également partie du complexe pénitentiaire.

Construction durable

Les exigences posées en matière de prestations énergétiques vont au-delà de la réglementation en vigueur.

Un système de stockage géothermique par 250 puits de forage (BTES : Borehole Thermal Energy Storage) a été installé. Ce type de système permet de refroidir ou de chauffer en utilisant l’énergie du sol. Grâce à un système souterrain de tuyaux remplis d’eau, l’eau plus fraîche - provenant du sol - peut être utilisée pour refroidir en été. En hiver, l’eau contenue dans les tuyaux est réchauffée par le sol et portée à une température plus élevée par une pompe à chaleur afin de chauffer les bâtiments. Un système de stockage géothermique par puits de forage est donc positif tant pour le climat que pour la facture d’énergie.

En outre, une installation de cogénération sera utilisée pour produire de l’électricité. La chaleur résiduelle dégagée servira à produire de l’eau chaude pour la prison.

Awards

Le projet pour la prison de Haren a déjà remporté deux prix : 

  • Le « Best Social Infrastructure Project » aux Partnership Awards 2019 qui récompensent les meilleurs partenariats public-privé.
  • Le « WAFX Award » dans la catégorie « Power and Justice » au World Architecture Festival qui s’est tenu à Amsterdam en décembre 2019. Ces WAFX Awards récompensent les projets futurs qui identifient les principaux défis que les architectes devront relever dans les années à venir.

Planning

Les travaux sont en cours et la livraison du bâtiment est prévue à la mi-2022.

Les premiers détenus déménageront vers Haren en octobre 2022. Compte tenu de la surpopulation dans les prisons, certaines ailes cellulaires de la prison de Saint-Gilles resteront opérationnelles jusqu’en 2025. La prison pour femmes à Berkendael sera, elle, transformée en maison de détention pour une soixantaine de détenues condamnées à des courtes peines (moins de trois ans). 

État d’avancement des travaux

La construction des façades et des toitures, les travaux techniques et l’aménagement des différents bâtiments est en cours. La plantation de la végétation se fera vers la fin du projet.

Moins de nuisances

Toutes les mesures sont prises afin de réduire au strict minimum les nuisances pour le voisinage pendant les travaux, mais également lors de l'exploitation de la prison.

Vous avez des questions ? Contactez infodesk@regiedesbatiments.be.

La nouvelle prison crée des emplois

La nouvelle prison de Haren créera de nombreux emplois. 

Vous pouvez déjà introduire votre candidature spontanée via le site du SPF Justice.  

Fiche technique

Propriétaire : État belge
Maître d'ouvrage : Régie des Bâtiments        
Occupant : SPF Justice
Consortium DBFM : Cafasso Consortium
Superficie du site : environ 15ha 
Superficie de la prison : +/- 116 000 m²
Capacité : 1 190 places
Délai de mise à disposition : 25 ans (la prison sera ensuite rétrocédée à l'État belge).
Coût de construction : 382 millions d’euros TVAC (inclus dans le forfait annuel une fois la mise à disposition effective)
Forfait annuel : 40 millions d’euros pour le remboursement de l’investissement (coût de construction et financement) et l’entretien complet des bâtiments et des terrains pour 1190 personnes. La prison sera ainsi parfaitement entretenue.
Réception estimée du complexe carcéral : mi-2022 
Déménagement des premiers détenus : octobre 2022

 

Dernière mise à jour le 12 avril 2022

Galerie photografique

Vous trouverez 6 photos du projet dans la galerie ci-dessous. Cliquez sur une photo pour l'agrandir