Historique du Palais de Justice de Bruxelles

Historique du Palais de Justice de Bruxelles

Le Palais de Justice est l'un des monuments les plus remarquables du 19e siècle en Europe. L'axe longitudinal et l'axe transversal du bâtiment mesurent respectivement 160 et 150 mètres. La superficie totale nette atteint +/- 81.000 m² (110.000 m² brute) avec les huit cours intérieures. Cet imposant rectangle est dominé par une coupole massive (24 000 tonnes) juchée à une hauteur de 142 mètres. L'impressionnante salle des pas perdus, longue de 90 mètres et large de 40, totalise quelque 3 600 m² avec la galerie du premier étage. Une étoile à 16 branches en marque le centre.

Un concours international d'architecture pour la construction du Palais de Justice de Bruxelles fut organisé en 1860. Cependant, aucun des avants-projets introduits ne convainquit le jury. C'est pourquoi en 1861, le Ministre de la Justice de l'époque désigna comme architecte Joseph Poelaert. La première pierre fut posée le 31 octobre 1866. L'inauguration eut lieu 17 ans plus tard, le 15 octobre 1883, alors que l'architecte Poelaert était décédé depuis quelques années.

Une grande partie du quartier des Marolles, l'un des plus populaires de Bruxelles, devait s'incliner devant "Dame Justice", ce qui fit du mot "architecte" l'une des plus graves insultes parmi les Bruxellois de souche. Le Palais de Justice avait été érigé sur l'ancien "Galgeberg" (Colline des Potences), lieu où les malfaiteurs étaient pendus et exposés pour l'édification des foules. C'est sur cette colline que Vésale allait la nuit dérober des cadavres pour étudier le corps humain.

A cette époque, le Palais de Justice était le plus grand bâtiment d'Europe, plus grand encore que le Vatican à Rome. L'architecte opta résolument pour le style gréco-romain, ce qui toutefois ne l'empêcha pas de produire une œuvre fort originale. Par leur taille et leurs proportions, les salles et cages d'escalier évoquent l'absolue suprématie du pouvoir judiciaire sur l'individu. La différence de niveau de 20 mètres entre la ville haute et la ville basse exigea des travaux de nivellement de grande ampleur. L'ingénieur François-Joseph Wellens du ministère des Travaux publics de l'époque, veilla à ce que les plans dessinés soient réellement exécutés. Pour réaliser le projet sur le plan technico-architectural, il dut faire preuve de beaucoup d'ingéniosité. C'est ainsi qu'il eut déjà recours au fer et au métal, notamment pour le grand portique d'entrée et pour l'imposante coupole. L'architecte Victor Horta citait déjà le Palais de Justice comme un exemple d'ouvrage où la pierre et le fer étaient associés. Contrairement à l'œuvre de Horta, le fer et l'acier étaient toutefois utilisés à des endroits non visibles.

Le 3 septembre 1944, vers 12 heures 30, les Allemands mettaient le feu à la coupole qui s'effondra peu après. Dans les sous-sols du Palais de Justice, des bombes incendiaires explosaient, détruisant la partie arrière du bâtiment. Le conservateur du Palais de Justice de l’époque, Albert Storrer, a conçu et coordonné tous les travaux de réparation et de reconstruction. Trois ans plus tard, les dégâts étaient entièrement réparés et la coupole s'élevait 2,5 mètres plus haut qu'à l'origine. Les critiques à propos de la coupole initiale jugée trop basse étaient ainsi rencontrées.

En octobre 2011, un hommage a été rendu à Albert Storrer à l’occasion du placement de son buste face à la salle d’audience de la cour d’appel. Le buste original était auparavant placé sur l’esplanade en face du buste d’Albert Poelart. Comme il avait subi des déprédations en 2010, il devait être remplacé.