Tervueren
Musée royal de l'Afrique centrale

Leuvensesteenweg 13
3080 Tervueren

Voir plus de photos

Retour aux Projets

En 2013, la Régie des Bâtiments a entamé une rénovation, une restauration et une extension ambitieuses du Musée royal de l’Afrique centrale à Tervueren. Quatre ans plus tard, les travaux sont parfaitement dans les temps et le projet approche de la phase finale. Grâce à ces interventions, le Musée royal de l’Afrique centrale pourra devenir un musée dynamique, attrayant et de renommée mondiale.

Pendant les travaux, aussi bien l’infrastructure que la scénographie sont adaptées aux besoins d’un musée contemporain. Le but est d'offrir un musée entièrement rénové pourvu d'équipements publics optimaux.

La Régie des Bâtiments achèvera les travaux en 2017. Ensuite, le musée royal de l’Afrique centrale aura encore besoin de quelques mois pour agencer le bâtiment et peaufiner toutes les expositions.

Le coût total du projet s’établit à 66,5 millions d’euros.

Restauration, rénovation et extension du musée

Classé comme monument

Dans la mesure où le site appartient au patrimoine artistique de la Belgique, il importe de veiller à sa préservation pour les générations futures.

Le bâtiment muséal (conçu par l'architecte français Charles Girault) et ses abords sont d’ailleurs protégés en tant que monument et site. L'intérieur du rez-de-chaussée ainsi que son mobilier d'origine sont également classés. Les vitrines d'exposition historiques sont dès lors reprises dans la scénographie du musée rénové.

Association momentanée

La Régie des Bâtiments a désigné l'association momentanée multidisciplinaire Stéphane Beel Architectes + Origin Architecture and Engineering + Niek Kortekaas + Michel Desvigne + Arup NL + BB + RCR + Daidalos pour qu’elle se charge de la modernisation, de la restauration et de l'adaptation de l'infrastructure, plus spécifiquement du bâtiment muséal. Elle a également rédigé un plan directeur (vision à long terme) pour les abords du musée.

Dans cette association momentanée, chaque partenaire amène sa spécialité : architecture (Stéphane Beel Architectes), restauration (Origin Architecture & Engineering), scénographie (Niek Kortekaas) aménagement d’espaces verts (Michel Desvigne paysagiste), stabilité (Arup), techniques (bureau d’études RCR), acoustique et physique du bâtiment (Daidalos Peutz) et management du projet (Bureau Bouwtechniek).

Concernant les travaux

Le Musée royal de l’Afrique centrale a choisi de faire exécuter la restauration, la rénovation et le réaménagement du bâtiment muséal en même temps que la construction du nouveau pavillon d'entrée et de la galerie d’exposition souterraine.

Le pavillon d’entrée se limite à un rez-de-chaussée et à un étage. Il s’intègre harmonieusement à la verdure environnante. Le pavillon ne dépassera pas en hauteur le bâtiment muséal et sera bordé (côté rue) par une rangée d'arbres. Quant au restaurant/cafétéria, au premier étage, il offre une belle vue sur le parc.

Le pavillon est relié au bâtiment muséal par une galerie d'exposition souterraine. Celle-ci comprendra deux salles d'exposition et un espace flexible pouvant être transformé en salle d'exposition ou en auditorium. Ces deux salles peuvent être transformées en un seul grand espace.

La qualité de l'isolation du bâtiment du musée a été grandement améliorée par le placement de double vitrage. Le toit a été isolé. Ces changements ont un impact positif sur la climatisation. Ceci est absolument indispensable pour la conservation des pièces exposées.

Beaucoup de recherches préliminaires ont été menées sur les peintures murales d'origine et sur les revêtements des murs et des sols en marbre ainsi que sur les vitrines et les matériaux de la façade. Une recherche mécanique des sols a également été effectuée.

Grâce à la restauration, à la rénovation et à l’extension, le musée est adapté aux besoins et aux exigences du 21e siècle.

Restauration de l'étang fontaine

En mai 2016, la Régie des Bâtiments a achevé la restauration du grand étang fontaine du Parc de Tervueren. Cet étang, d'une superficie de pas moins de 6 042 mètres carrés, peut contenir cinq millions de litres d'eau.

Les fissures dans le bassin de l'étang, le passage souterrain et la chambre de pompage souterraine ont été réparés et tout a été réétanchéisé. Les pierres de taille classées ont été nettoyées et restaurées. Une toute nouvelle installation de fontaine et une nouvelle trappe d'accès hydraulique avec un escalier menant vers la partie souterraine ont été placées. Le robinet de purge industriel a également été remplacé.

La fontaine jaillit de plus belle, et ce jusqu'à une hauteur de dix-huit mètres. Le jet, basé sur le modèle historique d'origine, a la forme de la fleur de lys française. À la nuit tombée, le nouvel éclairage apporte une touche féérique.

Travaux antérieurs

Lisez-en plus sur les travaux antérieurs au Musée royal de l’Afrique centrale

Historique

Lors de l’Exposition universelle de 1897, l’Exposition coloniale a connu un énorme succès. Aussi fut-il décidé de la transformer en musée permanent doublé d'un établissement scientifique. « Le musée du Congo » était né.

Lisez-en plus sur l’historique du Musée royal de l’Afrique centrale

Cadre et élégance

Léopold II avait une prédilection pour l'architecture monumentale imposante. Rien d'étonnant donc à ce que le Parc de Tervueren, dans son ensemble, évoque Versailles. Le site est vraiment vaste : il comprend 5 bâtiments et le parc s'étend sur 207 ha.

Lisez-en plus sur le cadre et l’élégance du Musée royal de l’Afrique centrale

Fiches techniques

 

Masterplan, restauration, rénovation et extension du musée

Propriétaire : État belge
Maître de l’ouvrage : Régie des Bâtiments
Occupant : Musée royal de l’Afrique centrale
Équipe d’études multidisciplinaire : association momentanée Stéphane Beel Architecten + Origin Architecture and Engineering + Niek Kortekaas + Michel Desvigne + Arup NL + Bureau Bouwtechniek + RCR + Daidalos Peutz
Entrepreneur : sa Denys (Wondelgem)
Début des travaux : octobre 2013
Réouverture du musée : 2018
Espace disponible : environ 11 000 m² (24 salles et espaces de circulation)
Coût global d’investissement (construction, honoraires et financement) : 66,5 millions d’euros (coût de construction = 51 079 504,36 euros TVAC)

Restauration de l’étang fontaine

Propriétaire : État belge
Maître de l'ouvrage : Régie des Bâtiments
Étude : Régie des Bâtiments
Carottage : OREX Geotechnics
Travaux de restauration de construction de la fontaine : Denys sa

  • Délai d’exécution : avril 2015-avril 2016
  • Coût : environ 900 000 euros (TVAC)

Techniques de la fontaine : Automatic Spraying Systems

  • Délai d’exécution : mars 2015-mai 2016
  • Coût : environ 162 000 euros (TVAC)

Coût travaux de forage d’un puits : environ 12 500 euros (TVAC)

 

Dossier actualisé le 20 septembre 2017.